Alors que les administrations françaises pilotent encore majoritairement leurs activités grâce à des tableaux Excel ou des rapports au format Word ou PDF, plus de 80% des décideurs du secteur public affirment que les fonctions analytiques peuvent contribuer fortement à améliorer leurs activités et leurs processus métiers. Jusqu’à présent, les outils et solutions en place au sein des administrations ont surtout adressé l’analyse de données structurées (données des applicatifs métiers, tableurs…).

Qu’en est-il des données non structurées ?

Seuls 21% des décideurs du secteur public interrogés par MARKESS en 2015 montrent un intérêt pour l’analyse de données non structurées et une large majorité avoue ne pas avoir connaissance des ambitions de leur administration sur ce sujet. Un constat qui laisse entendre que cet enjeu n’est pas encore pris en compte par le secteur public en France. Les données non structurées les plus utilisées actuellement sont néanmoins des tableurs avec des données texte, des données de logs, des fichiers textes (Word, PDF…) et celles pour lesquelles les décideurs montrent le plus grand intérêt d’ici 2017 sont les contenus externes issus de sites web et de réseaux sociaux.

Quel usage attendre des contenus web et des réseaux sociaux dans la sphère publique ?

Si une thématique préoccupe particulièrement les administrations françaises, c’est l’amélioration de leurs relations avec les usagers. Dans la continuité de l’offre de services numériques proposés aux usagers, les administrations abordent également l’analyse de données relatives à leurs administrés et notamment en exploitant les contenus du web et des réseaux. Il s’agit de mieux cerner les opinions sur des politiques publiques et d’adapter la réponse, anticiper des besoins concrets, repérer des demandes de quartier, des attentes culturelles… Enfin, en regard de plusieurs récentes élections ou référendum dont les résultats ont défié les sondages traditionnels, l’analyse de contenus non structurés aurait-elle permis d’être plus proche de la réalité ?

Alertes Secteur Public & Digital N°11 – Vol.14