Une étude européenne sur les services publics numériques montre qu’ils sont de plus en plus accessibles mais encore imparfaits et inégalement répartis entre pays européens. Une diagonale de pays moteurs en la matière se concrétise du sud-ouest au nord-est de l’Europe. Ces derniers montrent en effet des marges de progrès remarquables depuis les analyses des années précédentes, en particulier concernant les indicateurs suivants :

- La stratégie centrée sur l’usager : si les services sont numériques, il doivent également être pensés selon la perspective de l’usager en améliorant la facilité et la rapidité de l’usage.

- La transparence : les Etats ont un devoir de transparence quant à leur performance, leurs méthodes de traitement des services et les données personnelles impliquées.

- La mobilité entre Etats : l’administration numérique doit pouvoir s’envisager sans rupture d’un pays à un autre, ce critère est encore insuffisamment rempli.

- Les briques technologiques clés : cinq éléments techniques majeurs sont identifiés à savoir l’identification électronique, la gestion électronique de documents, l’authentification des sources, la confiance numérique et l’identification unique.

Pour relever ces nouveaux défis, la commission européenne a lancé un nouveau programme d’actions pour une administration numérique en avril 2016.

En savoir plus

Source : europa.eu

Alertes Secteur Public & Digital N°10- Vol.14