Un collectif dénommé « array of things » s’est organisé à Chicago pour proposer des services faciles d’appropriation par les habitants, les associations et les universitaires. Car l’enjeu est bien de remettre la smart city entre les mains des usagers plutôt qu’entre les mains des géants du domaine. Le projet consiste à installer des capteurs environnementaux dans les artères de la ville pour alimenter en temps réel une base de données géante, accessible à tous gratuitement. Alors que 42 stations sont déjà installées, il est prévu d’en déployer 500 d’ici 2018. Ces capteurs ont comme vocation de « mesurer l’activité et l’environnement de la ville, pas de surveiller les humains ». Une politique ambitieuse de protection des données personnelles est associée au projet. Parmi les indicateurs mesurés sont notés la température, l’humidité, le volume sonore, les vibrations, la qualité de l’air, le trafic piéton et automobile. Afin que d’autres villes s’emparent de telles initiatives, un kit du projet sera publié (architecture des stations, code des logiciels utilisés et ressources en open data).

En savoir plus

Source : Usine Digitale

Alerte Secteur Public & Digital N°9 – Vol.14