La stratégie cloud de l’Etat est basée sur un cloud hybride OpenStack : une partie publique et une autre partie en mode privé.

Le cloud public, géré par Orange Business Services, est passé en production. Ce contrat interministériel, d’une durée de deux ans, vise à couvrir les besoins des ministères, ainsi que ceux d’une dizaine d’établissements publics. Limité à quelques dizaines de machines virtuelles (VM), ce cloud est destiné à des développements et des tests. Hélène Brisset, adjointe au DSI de l’Etat, explique que les administrations concernées peuvent désormais provisionner leurs environnements via un portail. Orange Business Services propose ses services OpenStack sur deux datacenters (Val-de-Reuil et Rueil-Malmaison). Les administrations sont facturées tous les mois, en fonction de leurs consommations réelles des services.

En parallèle, un cloud privé est en cours de développement au sein de plusieurs ministères (l’Agriculture et l’Ecologie, les ministères financiers et de l’Intérieur). Le Ministère de l’Intérieur porte également le projet d’un portail commun, projet dont l’aboutissement est planifié d’ici 1 an et demi.

La question de l’utilisation de ce cloud par les collectivités locales n’est pas à l’ordre du jour à court terme même si elles auraient tout intérêt à s’y intéresser suite à la récente note recadrant les usages du cloud sur le territoire français. Dans ce cas, la DINSIC devra probablement requalifier le contrat avec Orange Business Services ou bien relancer un appel d’offres.

En savoir plus

Source : silicon.fr

Alertes Secteur Public & Digital N°8 – Vol.14