En 2015, 83% des décideurs du secteur public (travaillant dans des ministères, des organismes sous tutelle ou des collectivités locales) interrogés par MARKESS affirment avoir recours ou prévoient de recourir au cloud computing pour porter des projets digitaux innovants. Les raisons de ce choix sont assez diverses, trois d’entre elles se démarquent néanmoins :

  • Le coût est évoqué pour près d’un décideur sur deux, le recours au cloud permettant de s’affranchir de l’achat d’infrastructures coûteuses et parfois vite obsolètes.
  • L’accès rapide à des ressources est plébiscité par 39% des décideurs du secteur public. De plus en plus sollicités pour mettre en oeuvre des services innovants dans les meilleurs délais, le cloud offre la possibilité d’accélérer les processus de déploiement en accédant rapidement à de nouveaux environnements applicatifs ou à de nouvelles ressources indisponibles en interne.
  • La possibilité de compléter des applications existantes retient l’attention de 36% de décideurs du secteur public. Le modèle du cloud favorisant une consommation à l’usage, les organismes publics peuvent ainsi accéder à des fonctionnalités applicatives en mode SaaS innovantes qui peuvent venir enrichir des applications déjà déployées et hébergées en interne en s’interconnectant à elles via des jeux de services web ou d’APIs (Application Programming Interfaces).

De nombreux autres facteurs favorables au cloud sont évoqués par plus d’un quart des décideurs du secteur public comme le partage des données au sein d’un écosystème, la prise en compte des usages mobiles, le stockage sans souci de limite de gros volumes des données, l’accélération des développements, les tests d’applications sans contrainte, la mise à disposition rapide d’un environnement de travail.

A l’heure où les administrations françaises – à la fois du côté des ministères et des agences de l’Etat que du côté des collectivités locales – cherchent à entrer dans l’ère du digital, le cloud leur offre plus de souplesse pour relever ce défi plus simplement et plus rapidement. Reste à trouver un compromis pour résoudre le frein majeur à l’adoption massive de ce modèle, à savoir le manque de confiance face aux enjeux sécuritaires et juridiques liés aux données.

————————————————————————————————————————————-

Dans le cadre d’un programme dédié, MARKESS analyse en continu les pratiques, les besoins et les tendances
associés au cloud computing et aux innovations digitales
.
Quelques-unes de ces données sont distillées dans son e-Book

« Cloud Computing & Innovations Digitales 2015″

Alertes Administration Numérique N°5 – Vol.14