Les processus documentaires du secteur public sont sur la voie de l’optimisation : flux entrants, flux sortants, flux circulants… Tous sont concernés. Néanmoins, les 30 décideurs du secteur public, interrogés par MARKESS dans le cadre de son programme dédié à la gestion des processus documentaires et aux stratégies digitales, mettent plus particulièrement en avant la nécessité d’optimiser prioritairement la gestion des flux circulants : 83% d’entre eux les mentionnent comme prioritaires contre 59% pour les flux entrants et 69% pour les flux sortants. Si les décideurs du secteur public ont en effet depuis ces dernières années engagé des projets d’optimisation des flux entrants, notamment grâce au développement de services en ligne (formulaires web, SMS, e-mails, numérisation de documents papier…), l’enjeu est désormais d’optimiser l’intégration des informations en provenance de ces flux aux systèmes d’information existants et de faciliter leur traitement en associant l’ensemble des acteurs de la chaîne en interne.

Sur ce point, le secteur public se différencie du secteur privé (banque/assurance, industrie, distribution/commerce, opérateurs) qui met en effet en priorité n°1 les flux sortants, les flux entrants et circulants suivant de près néanmoins.

Dans le cadre du programme FLOW, MARKESS analyse en continu les pratiques, besoins et tendances associés à la gestion des processus documentaires avec le digital au sein des organisations (y compris celles du secteur public). Quelques-unes de ces données sont distillées dans son e-Book « Digital & Transformation des Processus Documentaires – Tendances 2015 ».

Alertes Administration Numérique N°4 – Vol.14