Dans le cadre de la préparation du projet de loi de finances 2016, chaque institution est examinée à la loupe : un sénateur a attiré l’attention sur l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) pour laquelle il prône une évolution de son fonctionnement. Actuellement sous la tutelle du SGDSN (Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale), il propose de l’émanciper administrativement et financièrement en lui allouant un budget propre et de renforcer ses capacités d’actions.

L’ANSSI est en effet désormais « un acteur connu » des ministères avec un budget en constante augmentation

Cette demande du sénateur révèle des difficultés aujourd’hui à analyser l’efficacité de l’action de l’ANSSI : il demande également des indicateurs plus précis que le « niveau de sécurité des systèmes d’information de l’État » pour estimer la portée de son action. Par exemple, ces indicateurs pourraient être les délais d’interventions, le taux de satisfaction, des objectif de contrats entre l’ANSSI et les ministères, etc.

En savoir plus

Source : L’informaticien

Alertes Administration Numérique N°12 – Vol.13