La demande est très forte et sans appel : les décideurs de collectivités locales (responsables des finances, associations d’élus locaux, ou encore chercheurs…) plébiscitent de plus en plus l’accès aux données de la sphère locale produites par les services de l’Etat comme la DGFIP. Les données de la dotation globale de fonctionnement (DGF) ont notamment fortement été souhaitées ces derniers mois lors des échanges sur la réforme de la DGF : les collectivités souhaitaient anticiper l’impact économique de cette réforme sur leurs finances locales.

La « culture du secret » historique des services de l’Etat serait en train d’être brisée grâce au mouvement de l’open data. La chef du service des collectivités locales de la DGFIP affirme que des discussions sont en cours pour libérer certaines données, notamment la base des mutations foncières. Idéalement, les acteurs locaux souhaiteraient pouvoir accéder à l’ensemble des données financières, comptables et budgétaires du secteur public local, et ce via un portail unique. L’enjeu de publication est certes important mais l’exploitation aisée des données via des standards reconnus l’est encore plus : un domaine où la marge de progrès est encore importante.

En savoir plus

Rapport les échanges de données entre administrations

Source : localtis.info

Alertes Administration Numérique N°12 – Vol.13