Administration Numérique

Les territoires et les collectivités sont en pleine évolution dans leur organisation et les missions qui leur sont dévolues. Regroupement de régions, réforme territoriale  et des compétences, montée en puissance des agglomérations et des métropoles… un contexte qui remet en question les principes établis et invite à la réflexion pour imaginer de nouveaux modèles d’organisation et de vivre ensemble. Le numérique est sans conteste l’une des clés pour répondre à ces enjeux d’avenir.

En effet, la réponse ne se trouverait-elle pas dans la capacité des acteurs locaux à mieux saisir et tirer parti des connaissances disponibles sur leur territoire ?  Cette approche par la donnée permettrait aussi aux services publics d’optimiser leurs prises de décision et de mieux adresser les usagers en attente de services de qualité. Maîtriser les données, les faire circuler et les restituer sans contrainte de temps et ni de support, voilà le nouveau défi des acteurs locaux, un atout différenciateur pour la gestion des ressources et la proposition d’une relation personnalisée avec les citoyens.

Dans sa dernière étude « Collectivités Numériques, Tendances 2015 et Perspectives 2017″ MARKESS constate que le mouvement d’ouverture des données publiques figure au premier rang de ces projets dans les collectivités locales et est en passe de franchir un cap de maturité : un tiers des décideurs de collectivités locales interrogés se sont déjà engagés dans des démarches open data et 20% le prévoient d’ici 2017. Le mouvement prend de l’ampleur.

Mais cette maturité ne se mesure pas tant en terme de projets réalisés, elle se concrétise surtout en 2015 par les enseignements tirés des initiatives pionnières, l’émulation et la structuration des acteurs (association Open Data France, Etalab…) qui sont mieux armés aujourd’hui pour diffuser cette prise de conscience et susciter de nouvelles initiatives. Les textes réglementaires récents devraient également soutenir ce mouvement (loi NOTRe et future loi du numérique).

L'ouverture des données publiques

“Les projets d’open data sont le point de départ de la réflexion au sein des collectivités locales mais très vite le sujet se déplace vers une remise en cause des modes de production et de gestion des données en interne au sein de la collectivité…”, constate Aurélie Courtaudon, Analyste Senior responsable du programme Administration Numérique chez MARKESS. Les communes, les départements et les régions sont alors confrontés à des enjeux qui dépassent leur simple périmètre ! Format, licence, mode de publication, interopérabilité avec les données d’autres administrations, mise à jour, gestion de la confidentialité… sont autant de problématiques auxquelles elles doivent répondre pour espérer voir émerger des services innovants.

Enfin une exploitation performante des données territoriales ne fera pas l’impasse d’un outillage  adéquat : si les besoins à court terme sont surtout recentrés sur des solutions pour la gestion de la qualité des données, les perspectives de projets analytiques les plus ambitieux restent planifiés au-delà de 2017, avec parmi les fonctionnalités envisagées : la mise en corrélation de données (39% de décideurs), l’analyse de données non structurées (35%) mais aussi l’analyse en temps réel (26%) et la visualisation de données (23%).

Des projets naissants, qui demandent des investissements organisationnels et financiers, mais probablement incontournables à l’heure des démarches de villes et territoires connectés, d’une recherche d’optimisation des décisions de l’action publique ou encore de renforcement des actions de développement durable. Un territoire en pleine possession de ses “intelligences” et “connaissances” par la maîtrise de ses données fera incontestablement la différence !

—————————————————————————————————————————————–

Pour obtenir l’étude complète issue du programme Administration Numérique
« Collectivités Numériques : Tendances 2015 & Perspectives 2017« 

Veuillez contacter MARKESS - dtouitou@markess.com – 01 56 77 17 77