Les collectivités locales ont une masse considérable de données personnelles dont elles peuvent espérer tirer des enseignements pour améliorer leurs services (anticipation, prévision…), si tant est qu’elles trouvent le moyen de les exploiter sans mettre en péril leur confidentialité. Leur croissance est en pleine expansion avec le développement des projets de villes intelligentes et leurs objets connectés. Des expérimentations sont déjà en cours par les collectivités les plus en avance sur le sujet : c’est la cas notamment de Rennes Métropole qui analyse la mobilité dans la ville, il s’agit au préalable d’une expérimentation sur une cinquantaine de volontaires d’un quartier qui ont accepté d’être géolocalisés pendant trois semaines à l’aide de leur téléphone portable.

La législation (loi informatique et libertés) est cependant très stricte sur l’utilisation de ces données, d’autant plus que les notions « de service public, de bien commun et du respect des libertés individuelles sont profondément inscrites chez les agents ». La condition sera donc d’anonymiser ces données au préalable avant toute analyse et exploitation.

En savoir plus

Source : lagazette.fr

Alertes Administration Numérique N°9 – Vol.13