La fusion des régions au 1er janvier 2016 implique de préparer en amont le suivi comptable et budgétaire : les systèmes informatiques doivent être prêts pour supporter cette fusion et notamment assurer la liaison avec le comptable public (services de la DGFIP), sous peine de ne pouvoir payer les agents et les fournisseurs. Idéalement, il s’agirait que les régions n’aient plus qu’un seul système d’information et un seul flux pour véhiculer les informations. Trois régions fusionnées ont déjà fait ce choix : les deux régions Normandie, la Bourgogne et la Franche-Comté et l’Aquitaine avec le Limousin et Poitou-Charentes. D’autres ont choisi de faire fonctionner plusieurs systèmes d’information en parallèle, une période transitoire et des développements à la charge des équipes informatiques internes et qui peut coûter jusqu’à 15 000 euros. Les systèmes devront parler un langage commun, même si les programmes d’intervention sont différents. La DGFIP exige également des niveaux de dématérialisation identiques pour tous les flux : soit tous les flux sont signés, soit aucun ne l’est.

En savoir plus

Source : lagazettedescommunes.com

Alertes Administration Numérique N°7 – Vol.13