La capitale entend tirer parti de ses données pour anticiper et mieux maîtriser les flux dans la ville. Pour donner corps à cette ambition, il convient tout d’abord de nommer un administrateur de ses données ou encore un chief data officer, qui est annoncé avant fin 2015. Parmi les objectifs sont cités la réduction du nombre d’accidents en croisant les données issues de la ville, des services de secours et de l’AP-HP, pour pouvoir intervenir sur les zones qui se révéleraient dangereuses, ou encore la possibilité de nourrir le logiciel de gestion des feux de circulation avec des données de trafic et des analyses de la pollution.

Dans son Observatoire 2015 des Compétences Numériques des Collectivités Locales, MARKESS observe que les postes de chief data officer sont encore très rares au sein des collectivités locales : moins de 10% de décideurs interrogés indiquent recourir à ce profil en 2015. les perspectives d’ici 2017 permettent de franchir la barre des 10% de décideurs en faveur de ce profil.

En savoir plus

Source : usine-digitale.fr

Alertes Administration Numérique N°6 – Vol.13