La DSI de l’Etat élabore la seconde version du référentiel général d’interopérabilité (RGI) et remet en question l’intégration du format OpenXML pour lequel Microsoft s’etait battu il y a 4 ans lors du lancement de la première version du RGI. La première mouture de la seconde version privilégierait en effet le format ODF, aux côtés des formats TXT et PDF. Un constat qui soulève bien entendu les réactions de l’association française des éditeurs de logiciels (AFDEL), qui avait promu il y a déjà 4 ans des formats interopérables et ouverts contre un format unique.

La DISIC s’engage en effet vers une stratégie en faveur des logiciels libres espérant en tirer des économies budgétaires. Le modèle « suites logicielles libres avec société de services en appui » se substituerait au modèle « des éditeurs propriétaires ». Le souhait est néanmoins que les conditions de la concurrence soit équitable entre ces deux modèles.

Enfin, des débats sont également à l’ordre du jour sur la question d’une messagerie d’État pour un million de fonctionnaires et la création d’un cloud public. Les clauses de localisation des serveurs sur le territoire national excluent de fait de grands acteurs propriétaires.

En savoir plus

En savoir plus

Source : silicon.fr, open-source-guide.com

Alertes Administration Numérique N°6 – Vol.13