Le SGMAP promeut depuis quelques mois le développement de startups d’Etat pour inculquer de nouveaux modes d’organisations et ainsi réveiller l’innovation, peu propice à se concrétiser dans le mode de fonctionnement habituel des administrations. Mais comment fonctionnent ces startups d’Etat ?

Il s’agit bien de décloisonner et de faire appel à l’autonomie des fonctionnaires en mode agile. C’est une façon de penser, débarrassée des conservatismes et d’une logique consistant à faire des listes (problèmes, solutions, coûts…) face à une idée. Concrètement, une startup c’est 4 personnes et 6 mois : 1 chef de produit (fonctionnaire, haut-fonctionnaire, conseiller territorial ..), 1 coach numérique (entrepreneur, expert lean startup et écosystème web), et 2 développeurs senior pour moins de 200 000 euros pour une mise en marché sur 6 mois. Mais c’est aussi un groupe d’utilisateurs recrutés par le chef de produit pour tester le produit et le valider. L’équipe est déconnectée des fonctions support transversales auxquelles chaque membre est habituellement rattaché (RH, informatique, communication…). La startup dispose de ses propres ressources (matériels, accès internet, technologies et solutions d’hébergement). Enfin, vient la phase de consolidation et d’intégration dans l’administration cible (18 à 36 mois après le lancement).

En savoir plus

Source : pratiques-collaboratives.net

Alertes Administration Numérique N°6 – Vol.13