Lors des vœux aux corps constitués, le Président de la République a affirmé sa volonté d’avancer vers une révolution numérique des administrations : « Pour redonner confiance en l’avenir, l’administration doit aller pleinement vers la révolution numérique« . Pour aider les administrations à prendre ce virage, 126 millions ont été débloqués et 3 trois appels à projet sont proposés aux administrations jusqu’au 25 mars 2015 prochain :

  • Appel à projets « Futurs publics : innover pour moderniser l’action publique »
  • Appel à projets « Industrialisation de la mise à disposition de données ouvertes »
  • Appel à projets « Échanges de données interministérielles – Programme « Dites-le nous une fois »

Mercredi 14 janvier à l’Assemblée Nationale, le secrétaire d’Etat à la réforme de l’Etat, Thierry Mandon, présentait d’ores et déjà un discours volontariste en faveur de la transformation numérique de l’Etat lors du débat d’orientation pour la stratégie numérique de la France. En effet, en prévision du futur projet de loi numérique, le secrétaire d’Etat rappelle la nécessité de mettre en action le numérique au sein même des services de l’Etat. Un certain nombre de projets en cours concrétise cette volonté : projet « Dites le nous une fois », projet « France Connect », le renouvellement du site « service-public.fr », le simulateur de « Mes Aides en Ligne », nouveau mode de développement grâce aux « start-ups de l’Etat »… C’est un véritable changement de culture au sein des services de l’Etat que souhaite le secrétaire d’Etat. Il ne s’agit pas uniquement d’impulser de nouveaux services et usages mais d’opérer en parallèle une « petite révolution interne » sur les méthodes de travail et la structure des institutions publiques. Il pointe du doigt une culture digitale insuffisante, non partagée et incomprise par ceux qui ont la responsabilité des administrations. C’est pourquoi il propose un programme massif de diffusion de la culture digitale en :

  • organisant notamment un réseau des innovateurs numériques présents dans toutes les administrations,
  • installant des correspondants digitaux dans les ministères pour jouer le rôle d’interfaces avec les usagers,
  • instaurant des pratiques collaboratives.

MARKESS suit et analyse depuis plus de 10 ans les initiatives de l’Etat en faveur du numérique : des premières initiatives concrètes en 2003 avec l’e-administration amorcée par l’agence pour le développement de l’administration électronique (ADAE) en passant par le direction générale de la modernisation de l’Etat (DGME) à la fin des années 2000 et désormais le secrétariat pour la modernisation de l’action publique (SGMAP), les administrations aborderaient-elles une nouvelle étape dans leur appropriation du numérique ? Le secrétaire d’Etat évoque clairement la transformation numérique de l’Etat, à l’instar d’un mouvement déjà bien engagé au sein de grandes entreprises privées. Grâce à son programme Administration Numérique, MARKESS propose une connaissance unique pour suivre ces évolutions.

En savoir plus

Source : Assemblée nationale

Alertes Administration Numérique N°1 – Vol.13