La moitié du territoire français serait équipée en solutions de verbalisation électronique, soit via le logiciel développé par l’ANTAI (Agence nationale de traitement automatisé des infractions), soit via le logiciel d’un prestataire privé. Tout profil de communes, des plus grandes au plus petites, est équipé à ce jour. L’objectif est d’équiper l’ensemble du territoire d’ici fin 2015. Les premiers bénéfices se mesurent en gain de temps indéniable, qui se situe non pas au moment de la saisie mais surtout dans le processus de traitement de la verbalisation par les services, tout étant désormais centralisé au centre de Rennes de l’ANTAI. Les collectivités locales sont satisfaites des premiers retours et se projettent d’ores et déjà vers d’autres usages : dispositifs de géolocalisation, de photographie, possibilités de paiement par smartphone…

En savoir plus

Télécharger la synthèse de MARKESS sur le poste de travail en situation de mobilité

Source : lagazette.fr

Alertes Administration Numérique N°6 – Vol.12