Le verdict est tombé en faveur d’un arrêt de l’Opérateur National de Paye (ONP) qui devait gérer à partir de 2017 la paye de l’ensemble des agents de l’Etat (2,5 millions) et ainsi réaliser des économies de gestion à long terme, en supprimant la gestion de la paye dans chaque ministère au profit d’une seule entité responsable (l’ONP). L’arrêt de l’ONP est motivé par un rapport du directeur interministériel des systèmes d’information de l’Etat (DISIC) qui pointe du doigt :

- un coût du projet qui atteint 235 millions d’euros et aurait nécessité encore 600 millions euros sur les 10 ans à venir ;

- une approche globale qui manquerait de réalisme et de précisions ;

- une prise de risque sur la paye des agents de l’Etat qu’il convient d’éviter.

Si il est vrai que la multiplicité des régimes indemnitaires des agents n’a pas facilité la tâche de l’ONP, il n’a pas été question de les simplifier pour envisager un projet moins pharaonique.

L’arrêt de ce projet entraîne dans la continuité l’arrêt des projets annexes comme la mise en œuvre d’un système décisionnel alimenté par les données RH de tous les ministères et permettant un pilotage global des ressources humaines au niveau de l’Etat. Seul subsiste le projet d’un SIRH en mode SaaS proposé aux ministères souhaitant remplacer leurs applications vieillissantes.

En savoir plus

En savoir plus

Source : Silicon, lexpansion

Alertes Administration Numérique N°3 – Vol.12