Le directeur de la direction général de l’offre de soins (DGOS) s’est exprimé à la mi-septembre quant aux financements du programme « Hôpital numérique ». Un programme relatif aux systèmes d’information hospitaliers (SIH) selon une instruction datée du 4 juin 2013 : financement des investissements à hauteur de 50% pour amener l’ensemble des systèmes d’information liés aux processus de soins des établissements de santé à un palier de maturité (400 millions d’euros sur la période 2013-17). 144 dossiers de candidatures sont en cours d’analyse. Il évoque aussi les pistes suivantes de financement encore en élaboration : actions pour les villes et le secteur médico-social, appels à projets pour les territoires de soins numériques (80 millions d’euros au bénéfice de 3 à 5 projets pilotes).

En parallèle, la Ministre de la Santé a annoncé une réorientation du DMP d’ici la fin de l’année 2013. Elle choisit de limiter le déploiement du DMP dans un premier temps auprès des patients souffrant de maladies chroniques et auprès des personnes âgées. Elle met également l’accent sur le développement de l’usage de la messagerie sécurisée développée par l’Asip Santé et permettant l’échange sécurisée de données entre professionnels.

En savoir plus sur les financements

En savoir plus sur le DMP

Des projets e-santé qui se précisent dans certaines régions

Le groupement de coopération Sanitaire Télésanté Aquitaine a déployé l’outil PAACO, Plate-forme Aquitaine d’Aide à la Communication. Cet outil offre un panel de services collaboratifs aux professionnels de santé : agendas partagés multi-vues, annuaires, chat sécurisé santé… également en situation de mobilité. L’accès au DMP devrait également être possible à court terme.

Projet du GCS Télésanté Aquitaine

La Région Île de France, par l’intermédiaire du Groupement de coopération sanitaire (GCS) D-SISIF, s’apprête quant à elle à déployer sa plate-forme de télémédecine pour la prise en charge des urgences neurologiques dans une centaine d’établissements franciliens. Elle permettra d’effectuer des actes de téléconsultation, de téléexpertise et de téléassistance médicale. Le choix d’une plate-forme suffisamment ouverte et paramétrable permet d’anticiper une extension de la plate-forme vers d’autres spécialités et usages de médecine. Le déploiement sur les 100 établissement va s’étaler sur 2 ans.

Projet du GCS Développement des Systèmes d’Information partagés en Santé en Ile-de-France

Source : ticsante.com, leMagIT, mysih.fr

Alertes Administration Numérique N°9 – Vol.11