D’après la dernière étude de MARKESS International, « Bilan et perspectives des logiciels et services dans les ministères et agences de l’Etat », la réduction des budgets informatiques des administrations de l’Etat apparaît inévitable : près d’un décideur sur deux interrogés annoncent une baisse de leur budget informatique en 2013. Les décideurs sont dans l’obligation de soumettre leurs projets informatiques à des arbitrages budgétaires très stricts, conduisant le plus souvent, non pas à un abandon des objectifs, mais à un étalement des actions à plus long terme. Cependant, certains domaines pourraient être plus préservés que d’autres de part leurs aspects stratégiques et leurs incidences en termes de réduction des coûts et d’apports économiques. La future feuille de route du gouvernement en faveur de l’administration numérique, promise dans les semaines à venir, devrait confirmer ces domaines. Les entretiens conduits auprès des décideurs d’administration centrale, par MARKESS International au second semestre 2012, permettent d’ores et déjà d’en anticiper quelques-uns. En effet, les décideurs interrogés mettent en avant d’ici 2014 :

  • La modernisation des applications métiers arrive en tête de leurs priorités d’investissements avec le recours possible à de nouvelles solutions informatiques ;
  • L’urbanisation arrive en seconde position : les administrations centrales souhaitent évoluer vers des systèmes d’information plus ouverts pour mieux échanger avec leurs partenaires externes (autres administrations, entreprises, usagers…) et plus flexibles afin de s’adapter rapidement aux nouveaux usages numériques (dématérialisation de processus, collaboration en interne…) ;
  • La dématérialisation des documents et processus arrive en troisième position. Les projets associés s’inscrivent dans les orientations majeures influençant la modernisation des systèmes d’information des administrations centrales. Dans la continuité de ces chantiers, l’archivage électronique promet de se développer suite aux récentes annonces du Président de la République en faveur de dispositions relatives aux archives dans la future loi “Patrimoine” prévue pour 2014 (accès aux documents et transposition au format électronique, promotion d’une stratégie de l’archivage électronique…). Il s’agit de prendre en compte à la fois les archives du secteur public mais aussi les archives privées des entreprises et des particuliers.

Les 12 domaines clés d’investissements informatiques selon les décideurs

des ministères et agences de l’Etat

France, 2012

(liste suggérée – classement selon les priorités budgétaires)

Échantillon : 50 décideurs de ministères et agences de l’Etat

© Copyright MARKESS International – Reproduction interdite sans autorisation – 01 56 77 17 77

Ils sont complétés par les autres domaines prioritaires suivants qui traduisent directement les objectifs des chantiers interministériels déjà lancés : l’amélioration de la qualité des données en lien avec l’ouverture des données publiques (open data), la consolidation des centres informatiques et l’évolution du poste de travail figurant dans les chantiers clés de la direction interministérielle des systèmes d’information et de communication (DISIC), la sécurité des données, la mise à niveau des infrastructures réseaux.

Les chantiers relatifs à la relation usager, aux usages collaboratifs, à la mobilité, etc., se positionnent quant à eux au second plan des priorités d’ici 2014. Si l’arbitrage budgétaire sera plus serré pour ces chantiers, leur effectivité reprendra le dessus dès que les chantiers précédents auront été conduits à bien. En effet, ils restent toujours une composante forte des enjeux numériques de l’administration centrale.

Fort de ces tendances et à moins d’un sursaut, le marché des logiciels et services informatiques dédiés aux ministères et agences de l’Etat devrait croître selon MARKESS International de seulement +0,5% par an, pour atteindre 4,6 milliards d’euros en 2014. Il se maintiendra grâce aux investissements dans les domaines clés cités précédemment. Les prestataires devront cibler finement ces segments préservés sur lesquels la concurrence risque d’être serrée.

Pour en savoir plus sur le contenu de l’étude complète « Bilan et perspectives des logiciels et services IT dans les ministères et agences de l’Etat »

Alertes Administration Numérique N°2 – Vol.11