Malgré le contexte de contraction des dépenses publiques, les investissements des collectivités locales pourraient être garants de la stabilité du marché des logiciels et services informatiques au sein de la sphère publique. Cette résistance est néanmoins fragile et très dépendante de leur santé budgétaire et des décisions qui seront prises par l’administration centrale notamment en matière de décentralisation.

D’après la dernière étude « Bilan et perspectives des logiciels et services IT dans les collectivités locales » de MARKESS International, une analyse de la demande des collectivités montrent qu’un certain dynamisme est encore perceptible selon leurs profils : par exemple les régions devraient être plus actives que les communes et les départements. En ce qui concerne les intercommunalités, les tendances sont plus partagées, probablement en raison du niveau de maturité de chacune d’entre elles, certaines étant encore très jeunes dans leur fonctionnement. Les chantiers soutenant la demande des collectivités sont essentiellement consacrées à la dématérialisation, la relation usager, la modernisation d’applications métier et les usages innovants dans la ville.

Fort de ces tendances, le marché des logiciels et services informatiques dédiés aux collectivités locales devrait bénéficier selon MARKESS International d’un taux de croissance moyen de +1,7% par an, pour atteindre 2,6 milliards d’euros en 2014. Ce taux de croissance reste très dépendant du contexte économique et du soutien qui sera accordé aux collectivités dans la bonne conduite de ces projets.

Pour en savoir plus sur le contenu de l’étude complète « Bilan et perspectives des logiciels et services IT dans les collectivités locales »

Alertes Administration Numérique N°2 – Vol.11