D’après les dernières études de MARKESS International relatives aux évolutions des solutions open source au sein du secteur public, la grande majorité des collectivités locales ont recours à ces solutions, et considèrent, sans parti pris idéologique, que certains logiciels open source démontrent aujourd’hui leur maturité et leur capacité à proposer une couverture fonctionnelle intéressante. Leurs enjeux sont liés également aux besoins croissants d’interopérabilité entre leurs différents environnements informatiques, appelés à communiquer entre eux, dans un contexte de développement de l’administration numérique. Construire par exemple un compte citoyen requiert l’agrégation de données issues d’applications métier diverses. Ou encore optimiser la chaîne achats-finance en interne nécessite d’interfacer l’environnement achat avec l’environnement comptable et financier.

Il s’avère que les collectivités locales ne mettent plus autant en avant l’avantage financier comme motivation pour recourir aux solutions open source. Il est en effet évident que l’essentiel de l’effort va consister à déployer la solution, la maintenir et former les utilisateurs. C’est pourquoi elles mentionnent très souvent le recours à des sociétés de services spécialisées pour les accompagner dans leurs projets à composante open source tant pour l’intégration que pour la conduite du changement. Ce dernier point est particulièrement saillant au sein des collectivités territoriales en comparaison avec les administrations centrales (ministères, organismes sous tutelle…).

Enfin, des initiatives prennent forme au sein de la communauté des administrations locales afin de diffuser ces solutions au plus grand nombre et faire bénéficier l’ensemble des petites communes des avantages de l’administration numérique : la plate-forme de logiciels open source Liberaccès en région Poitou-Charentes, les solutions openMairie, la solution de gestion de la relation citoyen Capdemat, les solutions d’archivage de l’agence landaise pour l’informatique (Alpi), etc.

Analyse issue des études open source au sein du secteur public par MARKESS International

_____________________________

L’édition 2011 de l’analyse open source au sein de la sphère publique de MARKESS International s’intéresse au rôle des solutions open source dans trois domaines clés : le développement d’applications mobiles, l’ouverture des données publiques et le cloud computing. Une seconde partie met l’accent sur l’évaluation des projets open source. Pour donner votre avis sur ce sujet et contribuer d’ici fin octobre 2011 à cette réflexion :

Cliquer ici si vous travaillez au sein d’une administration centrale ou locale

Cliquer ici si vous travaillez pour un prestataire œuvrant sur le marché du secteur public