Quelques collectivités territoriales (communes et communautés) ont enclenché l’ouverture de leurs données publiques afin de stimuler la création de services innovants par des tiers et au bénéfice des citoyens. Cet essor est fortement couplé au développement de la mobilité, les deux tendances réunies permettant d’envisager des services tels que la possibilité pour l’usager de définir des itinéraires grâce aux transports collectifs (portail intermodal). C’est notamment la volonté de la Région Bretagne qui ouvre ses données géographiques, dans la lignée de Rennes et Brest qui ont déjà ouvert certaines de leurs données publiques. Ces initiatives précurseurs devraient tendre à s’élargir dans les années à venir. Néanmoins selon le type de données libérées, des problématiques restent à résoudre : problématiques juridiques selon la sensibilité des données, données gratuites ou payantes ? Les organismes publics sont-ils prêts à abandonner le monopole de la production de services au public ? Malgré ces interrogations en suspens, la commission européenne évalue le marché des données ouvertes à plus de 27 milliards d’euros.

En savoir plus

Exemple du conseil régional de la Bretagne

Source : la gazette.fr

Alertes de l’administration N°21-Vol.6